À propos

photoa

Alain Cambier est docteur en philosophie (qualifié CNU), chercheur associé à l’UMR 8163 « Savoirs, textes, langage » et professeur de chaire supérieure en classes préparatoires. Il est ou a été aussi chargé de cours à Sciences Po Lille ( PENA), à Lille II ( IPAG), à Lille III ( Lettres et sciences humaines) et à l’Université des Sciences et Technologies de Lille (Lille I). Son objet privilégié de recherche est l’articulation entre la phénoménologie et la philosophie analytique, avec ses implications dans les domaines de l’art et du politique. Il a publié Qu’est-ce que l’État ? en 2004 ( réédité en 2013), Qu’est-ce qu’une ville ? en 2005 ( réédité en 2014), Qu’est-ce qu’une civilisation ? en 2012 et Qu’est-ce que la métaphysique ? en 2016 aux éditions Vrin, collection Chemins philosophiques. Il a publié également Montesquieu et la liberté aux éditions Hermann en 2010. Il a aussi publié en 2016 : Questions contemporaines de culture générale, éd. Ellipses, collection Optimum. Il a dirigé et introduit plusieurs  ouvrages collectifs : Les Dons de l’image en 2003 chez l’Harmattan, collection Les Rendez-vous d’Archimède, et Le Corps sans limites, en 2016, éd. Presses Universitaires Septentrion. Il a participé à l’ouvrage collectif Art et Savoir, dirigé par Isabelle Kustosz et  publié en 2004 chez L’Harmattan, sous forme de deux contributions : La démondéisation de l’art et ses limites : De l’art moderne à l’art contemporain et  Art et pouvoir : La souveraineté de l’artiste en question. Il a écrit le catalogue pour l’exposition d’art contemporain Rappel, au Musée départemental de Gap, en 2017. Il a publié des articles dans plusieurs autres ouvrages collectifs ou des revues comme Urbanisme, Les Cahiers philosophiquesLes Cahiers rationalistes, et donné de nombreuses conférences pour plusieurs organismes. Il est également membre du comité scientifique du Service Culture de l’Université des Sciences et Technologies de Lille et auteur de la rubrique trimestrielle « Repenser la politique » dans la revue Les Nouvelles d’Archimède.