L’ère de la défiance généralisée

Fakes news et bullshitting témoignent que le temps de l’exigence de vérité semble désormais révolu, au point que la discrimination entre le vrai et le faux serait devenue superflue. Ce renoncement sape non seulement notre confiance dans le progrès des connaissances, mais porte atteinte également aux critères qui nous permettent de nous orienter dans l’existence en tant qu’homme et citoyen. Mais les régressions irrationnelles induites par les partisans de la post-vérité sont le symptôme d’un malaise profond : nous sommes entrés dans l’ère de la défiance généralisée. Personne ne veut plus faire confiance à personne, ni même en la reconnaissance d’une réalité objective. Cette méfiance systématique fait désormais les beaux jours d’un relativisme et d’un scepticisme nihilistes.

Continuer la lecture de L’ère de la défiance généralisée

Les mirages de la démocratie directe

Dans son dernier ouvrage , François Dubet souligne que les exaspérations individuelles qui ne trouvent pas d’expression politique nourrissent les mouvements populistes. La révolte des « gilets jaunes » a confirmé ce sentiment déprimant qu’éprouvent de nombreux citoyens d’être méprisés et relégués… Quand la représentation politique ne joue plus son rôle, les « passions tristes » se transforment en cris de colère jusqu’à s’exprimer dans la violence. Mais la crise de la représentation à laquelle nous assistons aujourd’hui justifie-t-elle de renoncer à tout principe de représentation ?

Continuer la lecture de Les mirages de la démocratie directe

Les nouveaux réseaux de l’obscurantisme

Il est de bon ton de proclamer que notre époque est celle de la « société de la connaissance ».  Pourtant, parler de « société de la connaissance » revient aujourd’hui à entretenir des illusions sur nos performances cognitives, au point de nous rendre aveugle à une réelle montée de l’ignorance. Certes, sous l’effet du développement des technologies de l’information et de la communication, la circulation intense et très largement distribuée de données et d’informations semble devoir permettre de faciliter la transmission et la production de savoirs. Depuis la découverte de l’imprimerie, nous avons effectivement assisté à une deuxième révolution fondamentale dans la mise à disposition de moyens techniques sophistiqués pour diffuser les connaissances et cette diffusion  pourrait sembler assurer une croissance intelligente de nos sociétés. Mais il est loin d’être avéré que l’usage qu’en font actuellement les  réseaux sociaux puisse constituer une garantie contre la persistance de l’inculture. Au contraire, ces derniers tendent à devenir des fabriques de l’ignorance, voire les nouveaux vecteurs de l’obscurantisme.

Continuer la lecture de Les nouveaux réseaux de l’obscurantisme

Épistocratie versus démocratie ?

L’épistocratie est un néologisme qui désigne le pouvoir de ceux qui détiennent le savoir. Pourtant, cette notion  a, en réalité, une origine ancienne, puisqu’elle vient du grec épistémè qui désigne la compétence de celui qui s’y connaît :elle contribue à fonder, dans La République de Platon , une théorie de la kubernésis politique comme science du pilotage, en vue d’établir un gouvernement raisonné de la Cité. Dans ce contexte, l’amalgame entre épistocratie et technocratie ne peut être que réducteur : si la technocratie repose sur une optimisation rationnelle de la gestion de moyens, l’épistocratie renvoie à une rationalité fondée sur des valeurs, à la fois de savoir et de sagesse prudente. Sous sa forme moderne, l’épistocratie relève plutôt du courant de la « bonne raison d’État » inauguré par Botero et Palazzo, au XVIIème siècle. Est-il pour autant légitime d’opposer radicalement épistocratie et démocratie ?

Continuer la lecture de Épistocratie versus démocratie ?

Un « mythe rationnel » sur la science : le scientisme

Miser sur la recherche scientifique pour percer les énigmes du réel ne peut apparaître que salutaire, puisque c’est tourner le dos à l’obscurantisme et au mysticisme irrationnel. Mais les progrès accomplis dans la recherche peuvent nourrir eux-mêmes une confiance exagérée dans les pouvoirs de la science. Prétendre que les sciences pourraient se substituer à tout autre forme de savoir culturel — aussi bien métaphysique que philosophique, artistique, littéraire, etc. — conduit à une conception étroite de la rationalité. Ainsi en est-il du scientisme qui, sous prétexte de s’en tenir à une approche strictement scientifique des problèmes, alimente le réductionnisme. Continuer la lecture de Un « mythe rationnel » sur la science : le scientisme

Un mythe rationnel : la « société de la connaissance »

En 2000, l’objectif de la stratégie de Lisbonne – fixé par le Conseil Européen – prétendait « faire de l’Union européenne l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010 ». Depuis, il est de bon ton de caractériser notre époque comme celle de la « société de la connaissance ». Sous l’effet du développement des technologies de l’information et de la communication, la circulation intense et très largement distribuée de données et d’informations permettrait de faciliter la transmission et la création de savoirs. Pourtant, l’objectif fixé pour 2010 par le Conseil Européen ne fut jamais atteint. Bien plus, parler de « société de la connaissance » aujourd’hui revient à entretenir un mythe rationnel qui nous rend aveugle à une réelle montée de l’ignorance.

Continuer la lecture de Un mythe rationnel : la « société de la connaissance »

Recension par A. Billecoq de « Qu’est-ce que la métaphysique? », Les Cahiers rationalistes n°647

Recension par A. Billecoq, rédacteur en chef des Cahiers rationalistes, de l’ouvrage  » Qu’est ce que la métaphysique? » . Les Cahiers rationalistes n°647 (pages 51, 52, 53). Continuer la lecture de Recension par A. Billecoq de « Qu’est-ce que la métaphysique? », Les Cahiers rationalistes n°647