Tous les articles par Alain

Les nouveaux réseaux de l’obscurantisme

Il est de bon ton de proclamer que notre époque est celle de la « société de la connaissance ».  Pourtant, parler de « société de la connaissance » revient aujourd’hui à entretenir des illusions sur nos performances cognitives, au point de nous rendre aveugle à une réelle montée de l’ignorance. Certes, sous l’effet du développement des technologies de l’information et de la communication, la circulation intense et très largement distribuée de données et d’informations semble devoir permettre de faciliter la transmission et la production de savoirs. Depuis la découverte de l’imprimerie, nous avons effectivement assisté à une deuxième révolution fondamentale dans la mise à disposition de moyens techniques sophistiqués pour diffuser les connaissances et cette diffusion  pourrait sembler assurer une croissance intelligente de nos sociétés. Mais il est loin d’être avéré que l’usage qu’en font actuellement les  réseaux sociaux puisse constituer une garantie contre la persistance de l’inculture. Au contraire, ces derniers tendent à devenir des fabriques de l’ignorance, voire les nouveaux vecteurs de l’obscurantisme.

Continuer la lecture de Les nouveaux réseaux de l’obscurantisme 

Épistocratie versus démocratie ?

L’épistocratie est un néologisme qui désigne le pouvoir de ceux qui détiennent le savoir. Pourtant, cette notion  a, en réalité, une origine ancienne, puisqu’elle vient du grec épistémè qui désigne la compétence de celui qui s’y connaît :elle contribue à fonder, dans La République de Platon , une théorie de la kubernésis politique comme science du pilotage, en vue d’établir un gouvernement raisonné de la Cité. Dans ce contexte, l’amalgame entre épistocratie et technocratie ne peut être que réducteur : si la technocratie repose sur une optimisation rationnelle de la gestion de moyens, l’épistocratie renvoie à une rationalité fondée sur des valeurs, à la fois de savoir et de sagesse prudente. Sous sa forme moderne, l’épistocratie relève plutôt du courant de la « bonne raison d’État » inauguré par Botero et Palazzo, au XVIIème siècle. Est-il pour autant légitime d’opposer radicalement épistocratie et démocratie ?

Continuer la lecture de Épistocratie versus démocratie ? 

Un « mythe rationnel » sur la science : le scientisme

Miser sur la recherche scientifique pour percer les énigmes du réel ne peut apparaître que salutaire, puisque c’est tourner le dos à l’obscurantisme et au mysticisme irrationnel. Mais les progrès accomplis dans la recherche peuvent nourrir eux-mêmes une confiance exagérée dans les pouvoirs de la science. Prétendre que les sciences pourraient se substituer à tout autre forme de savoir culturel — aussi bien métaphysique que philosophique, artistique, littéraire, etc. — conduit à une conception étroite de la rationalité. Ainsi en est-il du scientisme qui, sous prétexte de s’en tenir à une approche strictement scientifique des problèmes, alimente le réductionnisme. Continuer la lecture de Un « mythe rationnel » sur la science : le scientisme 

Un mythe rationnel : la « société de la connaissance »

En 2000, l’objectif de la stratégie de Lisbonne – fixé par le Conseil Européen – prétendait « faire de l’Union européenne l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010 ». Depuis, il est de bon ton de caractériser notre époque comme celle de la « société de la connaissance ». Sous l’effet du développement des technologies de l’information et de la communication, la circulation intense et très largement distribuée de données et d’informations permettrait de faciliter la transmission et la création de savoirs. Pourtant, l’objectif fixé pour 2010 par le Conseil Européen ne fut jamais atteint. Bien plus, parler de « société de la connaissance » aujourd’hui revient à entretenir un mythe rationnel qui nous rend aveugle à une réelle montée de l’ignorance.

Continuer la lecture de Un mythe rationnel : la « société de la connaissance » 

Recension par A. Billecoq de « Qu’est-ce que la métaphysique? », Les Cahiers rationalistes n°647

Recension par A. Billecoq, rédacteur en chef des Cahiers rationalistes, de l’ouvrage  » Qu’est ce que la métaphysique? » . Les Cahiers rationalistes n°647 (pages 51, 52, 53). Continuer la lecture de Recension par A. Billecoq de « Qu’est-ce que la métaphysique? », Les Cahiers rationalistes n°647 

Catalogue d’exposition d’art contemporain – Musée départemental de Gap

Organiser une exposition d’art contemporain dans un musée départemental – fût-il celui de Gap – constitue un véritable défi. Les musées sont des espaces de sauvegarde et d’exposition d’un patrimoine, a fortiori quand ils revendiquent leur parenté avec ces lointains cousins qu’ont été les cabinets de curiosités. Espace public d’exhibition, le musée semble voué à oblitérer l’invention et à privilégier les filiations. Dès lors, entreprendre une exposition d’art contemporain dans un tel lieu ne peut que produire un télescopage entre la fascination pour les œuvres du passé et l’ouverture novatrice aux possibles, entre culture patrimoniale et créativité. La conception d’une telle exposition par Madame Verlinden – conservateur du Musée départemental de Gap – témoigne d’une authentique audace : créer un événement disruptif dans un lieu plutôt propice à garantir l’assurance tranquille de la durée. La différence fondamentale entre la conservateur de musée et le simple collectionneur apparaît ici saillante : le collectionneur fétichise les objets et cultive le passéisme, alors qu’avec le conservateur de musée – surtout quand il est en même temps commissaire d’une exposition -, le passé n’est pas momifié, mais porté à la présence. Parce qu’il est toujours prêt à modifier les critères de ses expositions, le conservateur inaugure sans cesse la possibilité de nouvelles interprétations. En organisant des correspondances entre les oeuvres, il les délivre chacune de leur passé propre et les rend déjà contemporaines les unes aux autres. Mais, en ouvrant ici toutes grandes les portes à l’art contemporain lui-même, le conservateur-commissaire d’exposition fait preuve d’une véritable hardiesse : il se fait le représentant d’une mémoire du futur, le gardien des promesses de l’art. Décidément, un musée n’est pas un mausolée. Continuer la lecture de Catalogue d’exposition d’art contemporain – Musée départemental de Gap 

De la post-politique à la pré-politique

La critique de la post-politique est désormais un passage obligé pour ceux qui, dans la « gauche radicale », veulent en finir avec la « démocratie libérale ». Dans L’illusion du consensus, Chantal Mouffe a prétendu fournir un argumentaire de fond pour étayer cette dénonciation du « Zeitgeist post-politique » : en l’occurrence, la recherche du consensus en démocratie, au-delà du clivage entre droite et gauche. Or, cette recherche du consensus est l’objet de critiques convergentes de la part de l’extrême droite… Paradoxalement, les références théoriques invoquées par C. Mouffe entretiennent cette tendance au confusionnisme idéologique. Bien plus, en stigmatisant la post-politique, ses analyses justifient plutôt une régression dans la pré-politique.

Continuer la lecture de De la post-politique à la pré-politique 

Repenser la métaphysique : renouveau théorique et apport pragmatique

Dans son ouvrage Qu’est-ce que la métaphysique ? , Alain Cambier réinvestit une notion souvent déconsidérée, aussi bien par le positivisme scientiste que par les partisans du relativisme. Toutefois, parce que l’homme demeure spécifiquement un être en quête de sens, la métaphysique s’avère indispensable autant à la théorie qu’à l’action, puisqu’en assurant le « dépli ontologique du sens » elle vise à fonder notre univers de significations et contribue à éclairer la conduite humaine.

Par Charles CAPET, Professeur de philosophie.

Continuer la lecture de Repenser la métaphysique : renouveau théorique et apport pragmatique 

Où est le peuple ?

Après le Brexit, l’élection de Donald Trump, la démission de Mateo Renzi, la montée des extrémismes nationalistes, la période historique dans laquelle nous vivons est volontiers présentée comme « la revanche des peuples ». Pourtant, il s’agit plutôt du triomphe de la démagogie « populiste » 1, de la flatterie des impulsions les plus inavouables et des préjugés les plus étroits. Il n’y a peut-être pas de notion plus confuse et plus galvaudée que celle de « peuple ». À tel point que l’on peut se demander si cette notion renvoie à une quelconque réalité référentielle.

Continuer la lecture de Où est le peuple ?