Archives pour la catégorie Articles

La collusion des négationnistes

En 1978, Robert Faurrisson était apparu comme le théoricien du négationnisme, en prétendant que les chambres à gaz n’avaient pas existé. Or, depuis le développement d’internet, nous assistons à une véritable invasion de thèses négationnistes, au point de transformer les réseaux sociaux en « poubelle de l’information ». Lors des attentats terroristes commis contre Charlie hebdo, ces esprits pernicieux ont redoublé d’ardeur, allant jusqu’à nier les crimes commis, pour n’y voir, par exemple, qu’une manipulation de services secrets ! Autant d’aveuglement peut susciter le mépris, mais cette propagande est si délétère qu’il faut en démonter les mécanismes et en mettre au jour les ressorts. Continuer la lecture de La collusion des négationnistes 

Le principe démocratie à l’épreuve

Lors d’un récent débat entre Alain Badiou et Marcel Gauchet , la question de la démocratie s’est imposée de manière incontournable. Les deux protagonistes se sont trouvés d’accord pour constater la crise aiguë qu’elle traverse aujourd’hui. Faut-il donc désespérer de la démocratie et la considérer comme une mystification politique spécifiquement entretenue par le capitalisme ou, au contraire, la tenir pour le requisit fondamental de l’action politique? Face à l’épreuve du terrorisme, le 11 janvier 2015 est apparu comme un ressourcement. Il a permis de redécouvrir le principe même qui sous-tend toute démocratie : la puissance d’un peuple se manifestant à lui-même, au nom de valeurs universelles. Continuer la lecture de Le principe démocratie à l’épreuve 

L’obscurantisme est de retour…

            On a souvent fait d’André Malraux le prophète d’un retour de Dieu au XXIème siècle. Pourtant, celui-ci s’en était défendu dans l’hebdomadaire Le Point du 10 novembre 1975 : « On m’a fait dire que le XXIème siècle sera religieux. Je n’ai jamais dit cela, car je n’en sais rien. Ce que je dis est plus incertain. Je n’exclus pas la possibilité d’un événement spirituel à l’échelle planétaire ». En fait de spiritualisme, nous sommes plutôt confrontés de toutes parts à une montée de l’obscurantisme par le biais de la religion, mais aussi du nationalisme, sur fond d’une démission générale vis-à-vis de l’exigence rationaliste.

Continuer la lecture de L’obscurantisme est de retour… 

Être en dette

    Quel sens accorder à notre être en dette ? En France, la dette publique s’élève désormais à près de 2 000 milliards d’euros. Depuis la crise de 2008, elle a augmenté de presque trente points et s’établit aujourd’hui à 95 % du PIB. Cette dette publique correspond à une charge de près de 75 000 euros par personne ayant un emploi. Dans le budget de l’État – en déficit –, la charge de remboursement des intérêts apparaît comme le premier poste de dépenses, devant l’Éducation nationale. Ainsi, la France semble bien prise au piège de la dette, au point de nourrir les discours les plus « déclinistes »… Mais la dette se réduit-elle à un problème strictement économique ? Sa gestion ne relève-t-elle pas elle-même d’un déficit profond de sens ? S’endetter n’a-t-il pas toujours été nécessaire pour se projeter aussi dans l’avenir ? Continuer la lecture de Être en dette 

Paysages dépaysés

À propos de Michel Barjol

L’artiste affiche son projet de façon apparemment anodine : « Paysages choisis », mais au contact de l’œuvre la formule se révèle subversive. Qui dit choix dit ici réappropriation radicale ! Pourquoi opérer un tel dépaysement de son propre pays, si ce n’est le prix de sa liberté ? Car il ne s’agit pas de se soumettre au despotisme des lieux, de les « représenter » servilement, mais de s’en affranchir pour les reconstruire dans un espace différent, reconfiguré et transfiguré.  Continuer la lecture de Paysages dépaysés 

Où va la guerre ?

Aborder le thème de la guerre ne peut, à première vue, que mettre mal à l’aise : la façon dont on en parle ne revient-elle pas à justifier l’injustifiable ? Pourtant, s’interroger
sur les raisons que se donne la guerre permet aussi d’en mettre au jour les tenants et les aboutissants pour en cerner les métamorphoses et passer au crible ses alibis. Car nous
vivons une époque où la menace de guerre n’a pas vraiment régressé, même si elle ne dit plus vraiment son nom. Non seulement elle prend des formes techniques nouvelles, mais
la façon dont elle est aujourd’hui théorisée tend à occulter sa vraie nature. Continuer la lecture de Où va la guerre ? 

Comment l’art rend l’espace plus hospitalier ?

Au risque d’apparaître provocateur, il s’agit ici d’aborder le paradoxe de l’inhospitalité de l’hôpital. Loin de nous l’idée que les personnels du milieu hospitalier accueilleraient mal les patients et leurs familles – chacun accordera que la plupart du temps leur professionnalisme et leur dévouement sont exemplaires -, mais pourtant l’hôpital en tant qu’institution instaure un espace spécifique qui est ressenti comme inhospitalier. Les raisons en sont diverses, mais elles conjuguent leurs effets. D’une part, l’hôpital apparaît comme une «hétérotopie de crise», un emplacement situé dans les marges de la société, parce qu’il concerne cette crise qui met hors jeu un individu et que l’on appelle la maladie. Personne ne «rentre» de gaieté de coeur à l’hôpital et chacun vit plutôt cette expérience comme une contrainte. D’autre part, cet espace qui se donne pour objectif de traiter cette crise qu’est la maladie, s’avère également inhospitalier du fait même de la rationalité médicale et administrative des moyens qu’il met en oeuvre pour accomplir sa tâche. Continuer la lecture de Comment l’art rend l’espace plus hospitalier ?